Guillaume Labelle - ancêtre des Labelle d'Amérique


Tableau de famille de Guillaume Labelle

Contrat de mariage entre Guillaume Labelle et Anne Charbonneau

St-Eloi-de-Tontuit et St-Benoît-d'Hébertot

Plan cadastral de l'Île Jésus (Laval)

Photographies de St-François-de-Sales, Île Jésus (Laval)



Histoire

Vers 1650 naît Guillaume Labelle à St-Éloi-de-Tontuit dans la région de Normandie en France. Ce petit hameau fait aujourd'hui partie du village de St-Benoît-d'Hébertot , près de Lisieux (Calvados). Ses parents sont Jean Labelle et Marie Loüe (ou Souat).

Guillaume, âgé de 17 ans, arrive à Montréal à l'été ou l'automne 1667. Il n'apparaît pas aux recensements de Montréal de 1666 et 1667. Ces recensements sont normalement fait durant l'hiver pour faciliter les transports. La première trace officielle de Guillaume en Amérique est le 11 mai 1668, date à laquelle il est confirmé par Mgr Laval à la chapelle Notre-Dame de Montréal. Cette chapelle est accolée à l'ancien hôpital. On retrouve son nom au recensement de Montréal de 1668.

Le 22 novembre 1671, Guillaume signe un contrat de mariage devant le notaire Bénigne Basset à Montréal. Il épousera Anne Charbonneau (âgée de 14 ans) le lendemain à la chapelle Notre-Dame de Montréal. Celle-ci est née en 1657 à Méron dans le Maine et Loire, France. Elle est la fille d'Olivier Charbonneau et de Marie Marguerite Garnier de la paroisse de Marans, diocèse de La Rochelle en France. La famille Charbonneau est arrivée à Montréal le 29 septembre 1659 en provenance de La Rochelle.

Le 29 novembre 1671 Guillaume fera l'acquisition d'une terre de Louis Marie dit Ste-Marie. Il la remettra un an plus tard. Le 30 novembre 1672 il achète une concession de 60 arpents de René Sauvageau dit Maisonneuve à la Côte St-François , aujourd'hui Longue-Pointe Montréal. Il aura des problèmes à s'acquitter de ses dettes comme en fait foi une entente devant greffier signée le 21 octobre 1674 avec son créancier R.Sauvageau.

Premier enfant de Guillaume et Anne le 20 novembre 1674. Il s'agit d'un garçon nommé Antoine qui sera baptisé à Rivière-des-Prairies .

Le 29 octobre 1675, Guillaume et son beau-père Olivier Charbonneau signent un contrat de 3 ans comme métayers. Ils habiteront le manoir de Mgr Laval à la pointe est de l'Île Jésus (aujourd'hui St-François-de-Sales, Laval ). Ils s'occuperont de l'exploitation agricole de ce domaine qui était à cette date la seule installation de l'île. Le manoir avait été construit en 1668 par Jean-Talon pour le compte de M. Berthelot qui était l'unique propriétaire et seigneur de l'île. Celui-ci n'a cependant jamais mis les pieds en Nouvelle-France. Il cédera sa seigneurie à Mgr Laval qui la remettra ensuite au Séminaire de Québec.

Le 19 avril 1676 naissance de Françoise qui sera baptisée à Pointe-aux-Trembles . Il n'existe pas encore de paroisse dans l'île, donc les habitants doivent traverser soit la Rivière-des-Prairies ou la Rivière des Milles-Îles pour se rendre dans les paroisses environnantes (Lachenaie, Repentigny, Pointe-aux-Trembles).

Le 13 août 1677 Guillaume devient le premier propriétaire en titre de l'Île Jésus. Il reçoit le lot #8 situé près du manoir.

Le 2 février 1678, naissance d'une fille, Marie, qui sera baptisée à Pointe-aux-Trembles. Le 7 août de la même année Guillaume obtient un concession de 60 arpents des Soeurs-de-la-Congrégation à Île Jésus. Ce lot #14A, ainsi que le lot #13B ayant appartenu à son fils Pierre, sont situés de chaque côté de l'actuelle rue Duchesneau à St-François-de-Sales. Au mois d'octobre s'achève le bail de 3 ans pour l'exploitation du manoir. Guillaume s'établit sur ses terres.

Le 18 décembre 1679 un fils est né, Charles, qui sera baptisé à Repentigny .

Le 29 octobre 1680, Olivier Charbonneau, le beau-père de Guillaume, ainsi que 2 autres colons, obtiennent des concessions à l'Île Jésus. Ils seront ses premiers voisins.

Le recensement de 1681 donne les indications suivantes sur Guillaume et sa famille : Guillaume 32 ans, sa femme Anne 25 ans, Antoine 7 ans, Françoise 5 ans et Charles 3 ans. Guillaume possède 1 fusil, 2 bêtes à corne et il a mis 4 arpents de sa terre en valeur. Ce recensement nous indique que 4 familles habitent l'Île Jésus à cette date: les familles de Guillaume Labelle, d'Olivier Charbonneau son beau-père, de Michel Buisson et de Léonard Éthier. Son fils Antoine meurt au courant de la même année et le 14 décembre naît Marie-Madeleine qui sera baptisée à Lachenaie le lendemain.

En 1685 une chapelle de bois est construite à St-François-de-Sales; elle est desservie par le curé de Repentigny. C'est la première église de l'Île Jésus. Elle était située à l'extrème pointe est de l'île.

Le 20 novembre 1687 meurt Olivier Charbonneau, son beau-père, qui sera enterré à Pointe-aux-Trembles.

Le 13 novembre 1689 les Iroquois attaquent les habitants de l'Île Jésus ainsi que Lachenaie où ils font de nombreuses victimes et beaucoup de destructions. Suite aux nombreuses excursions guerrières des Iroquois, l'Île Jésus se vide pratiquement de ses habitants qui cherchent refuge à Montréal ou ailleurs. Pour sa part, Guillaume et sa famille se rendent à l'été ou à l'automne 1692 au village de St-Joachim près de Beaupré, à l'est de Québec. On retrouve le nom de Guillaume comme engagé sur les livres de comptes des religieux qui possèdent une ferme dans ce village. Ce sont les mêmes religieux (Séminaire de Québec) qui possèdent l'Île Jésus.

Le 1 octobre 1692 Guillaume est admis à l'hôpital Hôtel-Dieu de Québec où il séjournera pendant 40 jours. Aucun détail n'est donné de sa maladie ou de ses blessures.

Le 9 février 1695 sa fille Marie (17 ans) et Jean Migneron se marient à St-Joachin.

Le 3 août 1697 naissance à Beaupré d'une fille, Angélique, qui sera baptisée à Ste-Anne-de-Beaupré .

Le 9 janvier 1700, sa fille Marie-Madeleine (19 ans) signe un contrat de mariage avec Louis Filiatrault dit St-Louis dans la maison de Guillaume devant le notaire Jacob (père) qui pratique dans la Seigneurie de Beaupré.

Ce couple, Louis & Marie-Madeleine, font baptiser un nouveau-né en 1701 Lanoraie. La famille Labelle est donc revenue sur sa terre de l'Île Jésus. La signature de la Grande Paix de Montréal, signée le 4 août 1701, doit y être pour quelque chose.

En 1702 la Paroisse de St-François-de-Sales est officiellement fondée. Une première église en pierre est construite.

Le 25 novembre 1709, deux des fils de Guillaume se marient le même jour, Pierre à Rivière-des-Prairies et Joseph à St-François-de-Sales. Guillaume n'assiste à aucun des 2 mariages. Il est âgé de 59 ans et doit être malade. En effet il décède un mois plus tard, le 1er janvier 1710 à St-François-de-Sales et est enterré le lendemain à Pointe-aux-Trembles.

Sa femme Anne Charbonneau se remarie le 15 février 1710 avec Pierre Guindon à l'Île d'Orléans. Elle mourra le 11 avril 1729 à l'Île Jésus à l'âge de 72 ans.

Du mariage de Guillaume et Anne naîtront 7 garçons et 5 filles. Un seul des garçons ne fera pas souche, Antoine, mort à 7 ans. Les 6 autres garçons donneront 24 petits-fils à leurs grands-parents, assurant ainsi la multiplication des Labelle en Amérique.

Durant l'hiver 1714-1715, les Labelle suivants, tous fils de Guillaume et habitants de l'Île Jésus, sont réquisitionnés à une corvée pour la construction de fortifications autour de la ville de Montréal: Charles, Pierre, Jacques, Jean-François, Joseph et Joachin.

À partir du noyau familial installé à St-François-de-Sales, les descendants Labelle occuperont les paroisses environnantes de l'Île Jésus (St-Vincent-de-Paul, Ste-Rose, St-Martin, Ste-Dorothée, etc.), puis s'installeront dans les nouveaux villages qui se développent graduellement au nord de la rivière des Milles-Îles (Ste-Thérèse, Terrebonne, St-Eustache, St-Janvier, Ste-Anne-des-Plaines, St-Jérome, etc.). A partir du 19° siècle, plusieurs iront s'établir dans l'est de l'Ontario (Embrun, Bourget, Ottawa, Cornwall, etc.), d'autres iront coloniser le Manitoba et les États-Unis. Enfin plusieurs suivront les conseils du plus illustre des leurs, le curé Labelle et développeront les villages des Laurentides (St-Sauveur, Ste-Adèle, St-Agathe, Ste-Marguerite, St-Jovite, Mont-Laurier, etc.). Δλ




Tableau de famille de Guillaume Labelle

Contrat de mariage entre Guillaume Labelle et Anne Charbonneau

St-Eloi-de-Tontuit et St-Benoît-d'Hébertot

Plan cadastral de l'Île Jésus (Laval)

Photographies de St-François-de-Sales, Île Jésus (Laval)


Sources


22 -  "Guillaume Labelle, ancêtre des Labelle d'Amérique", LABELLE Félix, Centre de Généalogie Francophone d'Amérique, 20 sept. 2000, Imprimé, www.genealogie.org/ancetres/labelle.htm, (20 Sep 2000), Web (Site Web) , <2>.
65 -  "Généalogie des familles Labelle de Guillaume et Charles et leurs descendants 1667-1995 / Volume 1", LABELLE Maurice, Maurice Labelle, St-Boniface Manitoba, 1995, S.G.L.#F.101a, Livre & photocopie & fichier PDF, GuillaumeLab.pdf, (20 Nov 2000), S.G.C.F. et S.G.L. (Histoire-Famille) , <3>.
149 -  "Quand on s'appelle Labelle", LABELLE Paul (Mgr), Société Généalogique Canadienne-Française, Mémoires - Vol.XXXVI - No.1 (Volume #163), Montréal, Mars 1985, Photocopie, (23 Juin 2001), S.G.C.F. (Périodique) , <3>.
292 -  "No Ancêtres #1-14-22-25-29 / Biographies d'ancêtres", LEBEL Gérard (C.Ss.R.), La Revue Ste-Anne, Nos Ancêtres, #14, Ste-Anne-de-Beaupré, 1998 (2ième édition), Livre, (17 Août 2001), Daniel Labelle (Biographie) , <3>.

Dernière mise à jour: 2 Juin 2014


2018-12-15 Back         Page principale         Forward © Daniel Labelle